Eléments pour une véloroute Briare – Montluçon

Cette véloroute, en s’intercalant entre l’EuroVelo 3 / Scandibérique et la V87 (Montluçon – Montauban) permettrait la mise en place d’un itinéraire Nord – Sud majeur au centre de l’hexagone. Itinéraire qui permettrait de connecter les itinéraires Loire à Vélo, Paris – Londres, Seine à vélo et Scandibérique avec la région Auvergne – Rhône – Alpes et au-delà avec la région Occitanie (Toulouse via la V80).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir
 
En effet, si on regarde une carte de France des véloroutes, on ne peut que constater qu’en dehors de l’EuroVelo 1 (Vélodyssée) qui longe la côte Atlantique et l’EuroVelo 17 (Via Rhôna) qui longe le Rhône, L’EuroVelo 3 (Scandibérique) est pour le moment le seul itinéraire nord – sud permettant de rejoindre le sud de la France et le nord de l’Espagne (Barcelone).
 

Reste que pour des cyclotouristes, venant du Nord, il leur faut, soit rallier Tours directement depuis Paris (Véloscénie V40 puis Saint-Jacques à vélo V41), soit depuis Briare, remonter la Loire jusqu’à Tours, pour ensuite dans tous les cas, descendre par Tours – Angoulême puis Bordeaux – Montauban – Toulouse via la véloroute V80 du canal des 2 mers.

Ce qui représente un détour conséquent.

 
L’objet des documents présentés sur cette page est donc de décrire ce que pourrait être une véloroute « méridienne » à l’hexagone. Véloroute qui permettra de relier 3 des plus grandes villes touristiques d’Europe à savoir LondresParis et Barcelone.
 
Le premier document est une proposition argumentée et chiffrée pour la mise en place d’un itinéraire entre Briare et Aubigny-sur-Nère.
 
Le second document lui traite de l’itinéraire entre Aubigny-sur-Nère et Bourges.
 
Il sera suivi par d’autres documents pour décrire le reste du parcours, de Bourges à Montluçon.
 
Bonne lecture.
 
 
Cliquer pour voir la table des matières.

Briare – Aubigny-sur-Nère

Version 1.3 – 26 février 2019 – Modification de l’itinéraire entre Blancafort et Aubigny-sur-Nère.
 
 
Véloroute Briare - Montluçon - Briare - Aubigny-sur-Nère (148 téléchargements)
 
 
 
 
Vous disposez de peu de temps. Lisez l’introduction page 4 et la conclusion page 37.
 
 
Lire également : Triangle d’eau et Méridienne à vélo
 

 
 

Cliquer pour voir la table des matières.

Aubigny-sur-Nère – Bourges

Version 1.3 – 28 février 2019 – Modification de l’itinéraire entre Aubigny-sur-Nère et Ennordres
 
 
Véloroute Briare - Montluçon - Aubigny-sur-Nère - Bourges (110 téléchargements)
 
 
 
 
Vous disposez de peu de temps. Lisez l’introduction page 3 et la conclusion page 40.
 

 
 
 

 

– Historique des versions –

 

Briare – Aubigny-sur-Nère

Version 1.2 – 08 février 2019 – Prise en compte de la distance des aménagements dans la distance des itinéraires et du coût. (16 téléchargements)

Version 1.1 – 07 février 2019 – Ajout des coûts et de la rentabilité économique du projet. (57 téléchargements)

Version 1.0 – 06 février 2019 – Version initiale. (7 téléchargements)

 

Aubigny-sur-Nère – Bourges

Version 1.2 – 26 février 2019 – Ajout de la conclusion. (1 téléchargement)

Version 1.1 – 15 février 2019 – Ajout de références (5 téléchargements)

Version 1.0 – 15 février 2019 – Version initiale. (1 téléchargement)

 

 
 

2 réactions sur “Eléments pour une véloroute Briare – Montluçon”

  1. Salut, je viens de faire un tour de france à vélo, et je ne peux qu’être d’accord avec vous sur le fait que voyager sur des petits routes départementales à un charme et procure un plaisir que l’on ne trouve pas forcement sur les voies vertes et les pistes cyclables. je pense aussi que la difficulté est souvent dans les villes. Et Montpellier où je vie moi aussi est une horreur.

  2. Salut!

    J’ai rapidement regardé ce projet et il m’inspire le commentaire suivant:
    1) tout à fait d’accord pour cette liaison vers Bourges à partir de Briare qui serait très utile pour compléter les vélos-routes sur une liaison Nord-Sud.
    2) Ce projet montre parfaitement la dérive que la fascination pour les vélos-routes et voies vertes entraîne. Je m’explique.

    Le cyclo-tourisme s’appelle comme ça car le but est de faire du TOURISME. Le vélo est un moyen. Un bon moyen mais quand même un moyen. Or dans ce projet, on voit que c’est l’infrastructure qui tire le projet, pour permettre de rouler sur des voies le plus souvent en site propre .Pour moi, l’objectif devrait être de maximiser l’intérêt touristique. Or il est très important dans cette région. La route Jacques Cœur entre Bourges et Gien est la plus ancienne route touristique de France. Or l’itinéraire proposé ne fait qu’effleurer ce potentiel. Quel dommage!

    Selon moi il faudrait:
    1) choisir les sites touristiques intéressants.
    2) choisir les itinéraires cyclables en privilégiant l’usage de petites routes existantes.
    3) concentrer les moyens techniques et financiers sur la résolution des points noirs qui subsisteraient après avoir fait 1) et 2).

    Comment motiver les collectivités, les citoyens, les sites touristiques si on leur propose un projet qui est essentiellement présenté comme un moyen de réaliser une liaison manquante dans des itinéraires Nord-Sud à l’échelle de la France, dans lequel les points touristiques sont Bourges et le musée A. Fournier (j’exagère et je n’ai pas tout lu)?

    Je me suis amusé à utiliser un routeur pour « modéliser » la route Jacques Coeur à vélo entre les sites de la route actuelle. https://cycle.travel/map/journey/99382 L’idée est de faire passer par des petites routes, pas celles qu’empruntent les touristes en voiture. Ce n’est qu’une approche théorique. Le tracé est peut-être trop zigzaguant. Les sites ne se valent peut-être pas. Bref, il ne faut pas le juger en détails. Il y a beaucoup à faire.

    Mais je suis un peu abasourdis de voir l’énergie passée par les militants cyclo-randonneurs pour demander des itinéraires protégés alors que notre pays regorge de petites routes parfaitement agréables à parcourir en vélo! Les voies vertes sont la plupart du temps rasoir au possible. Leurs tracés sur anciennes voies ferrées sont rectilignes, passent par définition en dehors des centres, sont très très chères à réaménager, ne mutualise rien avec les usagers locaux qui ont besoin de rouler avec des véhicules à moteurs, etc.

    Evidemment, il y a des endroits où la cohabitation avec le trafic routier est dangereuse pour le cyclistes. Focalisons les moyens sur ces endroits!
    Quelle est cette dérive qui pousse de plus en plus de gens à penser que les vélos ne peuvent circuler sur nos routes? Je fais beaucoup de cyclotourisme et j’abhorre les grosses routes passantes. Je trouve mon bonheur en France et je n’ai pas besoin de voies vertes à la campagne. Par contre, j’ai besoin d’entrées de villes mieux fléchées, sécurisées, de giratoires prenant en compte les vélos, etc.

    Je m’arrête là. Je présente par avance mes excuses si j’ai été trop véhément dans mes propos. Je prends position car dans l’association vélo dans laquelle je milite à Montpellier, je trouve plein de gens qui sont d’accord avec l’approche que je décris mais personne ne le dit! On dirait que c’est tabou dans le milieu du vélo de dire que non, on n’a pas besoin de projets à des millions d’€ pour créer des itinéraires cyclo parfaitement utilisables, utiles pour le développement touristique, que quand on fait du vélo il faut apprendre à rouler dans un espace partagé. Y compris avec des enfants. Il y a une sorte d’auto-motivation à produire des itinéraires officiels « aseptisés » coûteux, qui sont magnifiques quand ils sont neufs mais qui se dégradent vite car ils sont coûteux à entretenir, qui très souvent évitent les villages car le canal ou l’ancienne voie ferré passe au large, ou parce qu’une côte dépasse 3% sur une trop longue distance.

    Je suis tout à fait disposé à en discuter. L’idée de faire cet itinéraire est très bonne. Mais sur la réalisation, je pense qu’on peut faire différemment pour peu qu’on change de doctrine sur ce qu’est un itinéraire vélo.

Répondre à Vincent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.