Non.sncf – Voyagez avec votre vélo

Amendement 945 du gouvernement à la loi LOM – Vélo et rétropédalage de la commission. Lire le complément du 27 mars 2019
 

Amendement 945 du gouvernement à la loi LOM ou comment vider un article de loi de son sens. Lire le complément du 21 mars 2019
 

Cet article est malheureusement toujours d’actualité mais si vous disposez de peu de temps, lisez uniquement le complément du 10 mars 2019
 

—— o ——

 
Lorsqu’on tape SNCF + vélo dans sur un moteur de recherche on obtient cette page : https://www.oui.sncf/services-train/velo-a-bord

 

 

 

Qu’il soit démonté , plié ou non, voyagez avec votre vélo à bord de votre train !

A ce stade, si comme moi vous êtes un adepte des randonnées vélos en France et Europe, vous ne pouvez qu’être emballé par la SNCF. Oui.sncf !

 

Une randonnée à partir de Strasbourg

 

Comme tu irais bien faire une randonnée de plusieurs jours au départ de l’Alsace tu commences par regarder comment faire pour rejoindre Strasbourg depuis Paris.
Donc tu te connectes sur le site de la SNCF pour réserver un billet.

N’habitant pas exactement Paris, tu choisis un train à partir de 9h00 :

 

 

 

Depuis début 2018, le résultat est sans appel !

 

 

Impossible d’aller à Strasbourg que ce soit le jeudi, le vendredi, le samedi ou le dimanche autour du 28/04 avec un vélo non démonté !
 

Sans un vélo pliable, il ne reste plus que l’option de démonter et d’emballer son vélo.

 

Oui seulement voilà, si comme moi vous faites de la randonnée sur plusieurs jours avec des sacoches vous avez forcément un vélo qui comporte un porte-bagage, des gardes-boues et éventuellement, pour des raisons de sécurité évidentes, un éclairage.

Démonter et emballer un vélo pour le mettre à un format proche du format 120×90 cm requis par la SNCF demande pas mal de temps. Il vous faut :
– démonter l’éclairage
– démonter le porte-bagage
– démonter les gardes-boues
– retirer les 2 roues
– tourner le cintre et plus probablement le retirer et le mettre à plat en travers du cadre.

La dernière fois que j’ai emballé mon vélo (pour aller bien au delà de l’hexagone) cela m’a pris pas loin de la matinée !

 

 

 

Mais pourquoi tu ne prends pas une housse du marché ?

 

Un rapide tour du marché des housses (02/2018) nous montre que :

– la housse Decathlon (probablement la plus vendue) ne respecte pas les dimensions requises par la SNCF – elle fait 135 cm de largeur. De plus le poids de la housse semble dissuasif.

 
Cliquer pour agrandir
 

 
Bon on va regarder du coté des spécialistes du sac de transport vélo. Pour cela on tape « SCICON bike bag » sur un moteur de recherche.

 

Ok on évite le premier modèle de la gamme, qui semble très léger et on regarde le modèle suivant : Travel Basic Bike Bag.

 
Cliquer pour agrandir
 

 
Pas de chance, ce modèle non plus n’est pas conforme aux mesures requises par la SNCF : L 130 cm x H 93 cm x W 28 cm au lieu de 120 cm x 90 cm.

Et puis comme il fait près de 2 kg, autant dire qu’il vaut mieux éviter de l’emmener en randonnée avec soi !

 
En fait on peut faire le tour de toutes les housses de la planète, aucune housse digne de ce nom, susceptible d’emballer un vélo de randonnée ne peut être conforme aux mesures de la SNCF.

D’ailleurs bizarrement ce standard de mesures n’est pas celui de nos voisins frontaliers.
A titre d’exemple la Suisse fait la promotion d’une housse de transport dénommée TranZbag.

Dimensions de la house : 170x120x20 cm. Rien à voir avec les dimensions rikiki de la SNCF !

 

 

 

De fait avec une dimension de 120 cm x 90 cm, la SNCF exclu l’emballage d’un vélo de randonnée.

 
 

Qu’il soit démonté , plié ou non, voyagez avec votre vélo à bord de votre train !

Sauf que il n’y a plus de places pour les vélos non démontés dans les TGVs et qu’il est impossible d’emballer un vélo de randonnée dans une housse de dimension 120 cm x 90 cm.
 
 

Au final c’est donc plutôt Non.sncf pour les cyclotouristes.

 
 

Et pourquoi tu ne prends pas un Intercité ou un TER ?

 

L’unique Intercité de la journée qui accepte des vélos non démontés, part à 8h30 de Gare de l’Est. Trop tôt pour moi qui n’habite pas Paris.

Quant aux TERs, pour la journée du 28/04, la recherche sur le site de la Deutsche Bahn (site qui contrairement au site de la SNCF ne te propose pas les TGVs pour peu que tu décoches la case « Préférez les correspondances rapides ») :

 
Cliquer pour agrandir
 

donne les résultats suivants :

 
Cliquer pour agrandir
 

 

Sauf à arriver à 23h39 à Strasbourg, il n’y a de fait qu’une seule possibilité : le train de 9h21

 

 

Donc en TER, il faut près de 10h00 et 4 changements pour rejoindre Strasbourg avec un vélo non démonté !
 

Pour ma part, je jette l’éponge et renonce à cette randonnée au départ de Strasbourg. Trop compliqué.

 
 
Le fait est que après la suppression des places vélos dans les TGVs Lyria vers la Suisse, la SNCF ne fait que récidiver avec les TGV pour le grand-Est.
 
 
[ publié enfévrier 2018 ]

 
 
 
Complément du 10 mars 2019 :

Cyclistes soutenez l’AMENDEMENT EMPORT DES VÉLOS NON DÉMONTÉS PAR LES OPÉRATEURS DE TRANSPORT COLLECTIF

 
17 associations se mobilisent pour soutenir les amendements qui permettront d’embarquer les vélos non démontés dans les trains (8 vélos par rame) et dans les cars (5 vélos). Ce soutien est important pour ceux qui voyagent à vélo. En effet, comment revenir d’un périple lointain, éviter l’avion, se sortir d’une difficulté imprévue, si aucune place vélo n’est garantie dans le train ?

Cliquez sur le billet pour embarquer votre vélo non démonté dans le train

Comment agir :- Lire le communiqué de presse

– Soutenir le collectif en signant sur le site mon vélo dans le train

– Alimenter les réseaux sociaux avec des photos de votre vélo dans le train et le mot dièse #monvelodansletrain

– En parler avec vos élu.e.s

 

 
 
 
[ Complément du 21 mars 2019 ]
 
Dans le cadre de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), un article, pour l’emport de vélos non-démontés dans les trains a été adopté par la Commission du de l’Aménagement du Territoire et du Développement Durable du Sénat. Il devrait maintenant être examiné par le sénat.Les détails des discussions autour de cet article sont disponibles sur cette page du site internet du sénat.
 Au final voici comment est formulé l’article qui sera discuté au sénat dans les jours qui viennent :LOM – Article 22Art. L. 1272-5 (nouveau) – « Les matériels neufs et rénovés affectés aux services ferroviaires de transport de voyageurs circulant sur les infrastructures appartenant à l’État et à ses établissements publics ainsi qu’aux réseaux d’Île-de-France et de Corse, à l’exception des services urbains, prévoient au minimum huit emplacements destinés au transport des vélos non démontés. »
 Voici maintenant l’amendement 945 déposé par le gouvernement à propos de cet article:
 

cliquer sur l’image pour l’agrandir

 Amendement du gouvernement :
1° Alinéa 26 – Remplacer les mots : « au minimum huit » par « des »
2° Compléter cet alinéa par deux phrases ainsi rédigées :
«Un décret définit le nombre d’emplacements à prévoir en fonction des matériels concernés et des services auxquels ils sont affectés. Il précise les exceptions dérogeant à cette obligation générale ainsi que les conditions de sa mise en œuvre.»
 

Objet de l’amendement :
Cet amendement vise à préciser l’obligation de prévoir dans les matériels neufs et rénovés affectés aux services ferroviaires de transport de voyageurs des emplacements destinés au transport des vélos non démontés, afin que cette obligation ne s’applique pas de manière uniforme à tous les matériels et à tous les services ferroviaires de transport.
Un décret précisera la mise en œuvre de l’obligation, en tenant compte des besoins constatés d’emport de vélos, selon notamment que le déplacement soit de proximité (local, régional) ou de longue distance (national), ainsi que des caractéristiques des matériels concernés (Île-de-France, TER, TGV, TET).
Il permettra aussi de définir les exceptions à cette obligation générale en ce qui concerne, notamment, les services internationaux et transfrontaliers ou pour tenir compte du fait qu’un certain nombre d’opérations de rénovation et d’acquisition ont déjà été lancées, le plus souvent dans le cadre de procédures relevant des marchés publics ou pour des raisons liées à la sécurité en cas de forte affluence.
 
 

L’article devient donc :
 

«Les matériels neufs et rénovés affectés aux services ferroviaires de transport de voyageurs circulant sur les infrastructures appartenant à l’État et à ses établissements publics ainsi qu’aux réseaux d’Île-de-France et de Corse, à l’exception des services urbains, prévoient des emplacements destinés au transport des vélos non démontés.»
Un décret définit le nombre d’emplacements à prévoir en fonction des matériels concernés et des services auxquels ils sont affectés. Il précise les exceptions dérogeant à cette obligation générale ainsi que les conditions de sa mise en œuvre. »

 

Autant dire qu’avec ces modifications, l’article est vidé de son sens initial.

 
1/ La SNCF ayant supprimé, ces dernières années, la plupart des emplacements vélo des TGVs, on pourra en l’absence de vélos, actuellement emportés, en déduire qu’il n’y a pas de réelle demande pour disposer d’emplacement vélos sur les trains à Grande vitesse. Et ce alors que plus de 7000 personnes demandent le contraire.

2/ D’ailleurs l’objet de l’amendement fait bien la distinction entre les TER et les TGVs. On anticipe clairement la volonté de ne pas remettre des emplacements vélos, ni dans les trains à grande vitesse, ni dans les trains transfrontaliers.

3/ L’amendement supprime le caractère obligatoire de l’article, pour au contraire prévoir des exceptions et dresser une liste de matériel qui seraient exemptés de cette obligation.

4/ enfin, je me trompe peut-être, mais en proposant de légiférer par décret, le gouvernement laisse la porte ouverte aux lobbyistes des transporteurs ferroviaires pour aménager cette liste aux mieux de leurs intérêts. Charge aux associations d’avoir à continuer à batailler pour imposer leur points de vue, ligne par ligne. (Diviser pour régner / Décaler à plus tard les vraies décisions).

 
 
Conclusions :

Autant je peux comprendre qu’on fasse une exception pour le matériel déjà commandé qui entrerait en service après le 1ier janvier 2021 (date d’application de la loi pour cet article), autant en retirant le caractère obligatoire quelque soit la distance et avec/ou sans passage de frontière, le gouvernement torpille complètement cet article de loi.

Tout le monde sait, que c’est justement sur les lignes à grande vitesse, que la demande est maintenant la plus forte, contrairement aux TERs (qui vont bientôt relevés des régions) où il est encore possible d’emmener des vélos.

Quant aux passages de frontière, il faut juste rappeler que le 15 novembre 2018, à une large majorité, le parlement Européen a modifié le règlement des droits des voyageurs ferroviaires adopté en 2007, spécifiant que tous les trains neufs ou rénovés devaient disposer de huit emplacements pour les vélos non démontés.

Il y a donc tout lieu de penser que ce règlement sera appliqué également chez nos voisins Allemands, Belges ou Espagnols.
 

En fait, à l’heure où la France pour la deuxième année consécutive reçoit le prix EuroVelo, qui consacre le pays le plus populaire du tourisme à vélo, le gouvernement dépose un amendement qui va à l’encontre de l’essor du cyclotourisme, axe de développement économique du pays et de ces régions.
 

C’est juste incompréhensible et écœurant pour toutes les associations qui demandent simplement à retrouver un service qui existait par le passé..

 
 

 
 
 
[ Complément du 27 mars 2019 ]
 
Présentation de l’amendement 945 du gouvernement par la ministre Elisabeth Borne :

Cet amendement a pour objectif de pouvoir préciser, par décret, l’obligation de prévoir des emplacements pour vélos dans les matériel neufs et rénovés.

Ce décret permettra de tenir compte des besoins constatés selon notamment qu’on est sur un déplacement de proximité ou de longue distance, ainsi que selon les caractéristiques des matériels concernés.

Il permettra aussi de prendre en compte le règlement en cours qui est en cours de discussion au niveau européen et qui traitera cette question.

 

Avis de la commission par M. Didier Mandelli, rapporteur de la commission :

Oui, nous avons adopté en commission, un amendement de Mme Assassi, prévoyant que les trains neufs ou rénovés soient effectivement équipés d’un minimum de huit emplacements permettant le transport de vélos. Euh … effectivement plutôt que de fixer ce nombre dans la loi, nous souhaitons toujours de la souplesse et de l’adaptation.

Cet amendement prévoit de renvoyer à un décret le soin de préciser le nombre d’emplacements à prévoir en fonction des matériels concernés et des services auxquels ils sont affectés.

Donc il nous parait utile de permettre effectivement cette application différentiée de l’obligation afin de l’adapter  en fonction des besoins. Avis favorable.

 

Explication de vote par M. Guillaume Gontard

Je voulais intervenir sur cet amendement du gouvernement parce que ça revient sur un amendement qui a été validé en commission c’était un amendement de notre groupe qui prévoyait la possibilité en tous cas sur les trains neufs de prévoir l’emplacement de huit vélos. Qui revient aussi avec une future décision Européenne.

Donc il me semble que …. j’arrive pas bien à comprendre pourquoi on revient là dessus. Au contraire on pourrait anticiper puisqu’on sait que c’est une décision Européenne qui va être prise et puis surtout ça me parait important. Donc je ne comprends pas bien ce retour en arrière du gouvernement et surtout avec un amendement qui avait été validé en commission.

 

Mise au vote de l’amendement avec un avis favorable de la commission.  Amendement adopté.

 

Mme Elisabeth Borne : Ministre chargée des Transports, auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire.

M. Didier Mandelli : Sénateur LR de la Vendée

Mme Eliane Assassi : Sénatrice de la Seine-Saint-Denis Présidente du groupe CRC

M. Guillaume Gontard : Sénateur d’union de la gauche de l’Isère

 
 

Ne sachant si je suis autorisé à reproduire une vidéo du sénat, je me contente donc de la transcription écrite (mot pour mot) des échanges qui ont eu lieu au sénat le mardi 26 mars à propos de cet amendement.
 

En émettant un avis favorable à cet amendement, Didier Mandelli, rapporteur de la commission rétropédale (ça tombe bien pour du vélo) par rapport à l’avis adoptée en commission.
 

Si on peut comprendre qu’il n’est pas judicieux de fixer dans la loi un nombre d’emplacement dans chaque train, on peut s’inquiéter du fait qu’en proposant de légiférer par décret, le gouvernement ne laisse pas la porte ouverte aux lobbyistes des transporteurs ferroviaires pour aménager cette liste aux mieux de leurs intérêts.

Charge aux associations d’avoir à continuer à batailler pour imposer leur points de vue, au cas par cas, ligne par ligne.
 

Personnellement je ne comprends pas l’argument qui consiste à dire que l’on tiendra compte des caractéristiques des matériel alors que l’on parle de matériel neufs ou rénovés. C’est le matériel prévu pour 201 qui doit s’adapter aux besoins et non l’inverse.

Sauf à ne rien vouloir changer.

Quant à la phrase « Ce décret permettra de tenir compte des besoins constatés selon notamment qu’on est sur un déplacement de proximité ou de longue distance », il augure vraiment rien de bon quand on sait que années après années les emplacements vélos ont disparus des trains à grande vitesse (TGVs).

Si la France veut rester le pays le plus populaire du tourisme à vélo, il est indispensable que les cyclotoursites Français et Etrangers puisse avoir accès à une offre Train + vélo digne de ce nom.
 

L’avenir nous dira si au lieu de rétropédaler il n’aurait pas été plus pertinent, de changer de braquet et d’anticiper la décision Européenne.
 

Il aurait notamment peut être été plus judicieux de fixer dans la loi un minimum d’emplacements vélo et de fixer par décret le nombre effectif en fonction du besoin (ligne, période).
 
 

 

A lire:
Suppression des places dans le TGV Lyria
On ne peut plus mettre son vélo dans le TGV pour aller dans l’est de la France.

On peut aussi poser la question directement à la SNCF : http://questions.sncf.com/questions/1484659-velos-supprimes-tgv-partir-decembre-2017
 
ou bien signer la pétition adressée à la SNCF.
 
 
Et quand la SNCF supprime des emplacements vélos dans les TGV la Deutsch Bahn elle prévoit 8 emplacements vélo pour ces nouveaux ICE. Cherchez l’erreur !
 
 

2 réactions sur “Non.sncf – Voyagez avec votre vélo”

  1. Bonjour,

    Je découvre vos pages, étant utilisateur depuis de nombreuses années de l’application OsmAnd à vélo et rando. Intéressantes vidéos sur ce sujet.

    Article rigolo à propos de la SNCF, mais ne faisant rire que les lecteurs et non pas ceux qui en subissent les méfaits !
    Je sais que la société d’autocars Flixbus est implantée en France – est-ce qu’elle pratique les mêmes services qu’en Allemagne ? Il est possible d’accrocher son ou ses vélos derrière leurs bus. Nous l’avons fait en 2015 pour revenir de Rotterdam lorsque nous avons fait Freiburg/Rotterdam (pistes du Rhin).
    Pour cela il suffit simplement de retenir les places + vélos à l’aide de leur application. Ce qui est particulièrement pratique en voyage…

    Cordialement,
    Alain BLOND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.