ComCom d’une région avec QGIS

Communautés de communes (Comcom), Communauté d’agglomération, Communautés urbaines, Métropoles, aujourd’hui les EPCI (Établissements public de coopération intercommunale) sont les principaux acteurs en charge de la mise en place des voies vertes ou des véloroutes.
Il est donc intéressant de connaitre les limites géographiques de ces établissements et d’avoir quelques informations sur eux, pour savoir qui est susceptible de faire quoi et où.

Cette première page, rédigée sous la forme d’un tutoriel, montre comment, à l’aide de QGIS, agréger et organiser sur une carte les informations disponibles sur ce sujet.

Une seconde page montrera comment intégrer tout cela sur une carte uMap en tant que simple calque.

Il s’agit d’un tutoriel d’initiation à QGIS. Rien de très compliqué. Les utilisateurs avertis de QGIS n’apprendront rien.

Si vous êtes pressé ou peu motivé pour comprendre les manipulations avec le SIG QGIS, vous pouvez télécharger le fichier résultat en bas de page et passer à la page suivante qui explique comment prendre en compte ce fichier avec une carte uMap.

Ce tutoriel a pris comme exemple la région Centre-Val de Loire, mais il peut être transposée sans difficultés à une autre région.

 

Elaboration du fichier des EPCI pour la région Centre Val-de-Loire

 

Pré-requis : disposer de QGIS 2.18 (ou +).
QGIS peut être installé sans difficultés sur un PC sous windows.

Si il existe bien un fichier shapefile (format de données utilisé par les systèmes d’informations géographiques pour décrire la géométrie d’objets) au niveau national, je n’ai rien trouvé au niveau régional pour la seule région Centre – Val-de-Loire. D’autre part les données associées à ces fichiers sont des données de référence (code INSEE notamment) et il est nécessaire de les compléter par d’autres données, disponibles par ailleurs.

Pour obtenir le résultat final voici comment j’ai finalement procédé :
 
J’ai commencé par ajouter dans QGIS, une couche vecteur, par chargement du fichier EPCI issu du produit ADMIN-EXPRESS-COG . Fichier mise à disposition par l’IGN. Le produit ADMIN-EXPRESS-COG décrit le découpage administratif du territoire métropolitain et ultra-marin.
Les données du produit ADMIN-EXPRESS-COG sont utilisables gratuitement sous licence ouverte Etalab.

J’ai utilisé l’édition 2017 du produit. Le produit ADMIN-EXPRESS-COG contient les couches de données ou classes d’objets suivantes :

Géométrie « moyenne échelle »

  • ARRONDISSEMENT_DEPARTEMENTAL
  • CHEF_LIEU
  • COMMUNEDEPARTEMENT
  • EPCI
  • REGION

Géométrie généralisée à partir des géométries « moyenne échelle »

  • ARRONDISSEMENT_DEPARTEMENTAL_CARTO
  • COMMUNE_CARTO
  • DEPARTEMENT_CARTO
  • EPCI_CARTO
  • REGION_CARTO

J’ai choisi de travailler avec la géométrie « moyenne échelle ». Ce qui a pour conséquence d’avoir des contours géographiques plus fins mais aussi des fichiers plus lourds à manipuler. Le fichier est chargé avec un encodage CP 1252 et un SCR « EPSG:2154,RFG93 / Lambert-93 ».

 

 

Les attributs de la couche EPCI ainsi chargée sont relativement simples. On peut les voir via un click droit sur le nom de la couche et via le menu « Table d’attributs ».

Nous avons :

  • un identifiant
  • le code EPCI
  • le nom de l’EPCI
  • le type d’EPCI
 

 

Pour compléter ces informations, je me suis tourné vers le site du ministère de l’intérieur concernant l’intercommunalité. En effet le site BANATIC met à disposition de tous un certain nombre d’informations sur les intercommunalités.

 

 

Parmi toutes les informations disponibles, le fichier excel « Coordonnées des regroupements » m’a paru le plus intéressant.
En effet il fournit, sous la forme d’un fichier Excel, de multiples informations telles que la commune du siège de l’EPCI, le nom et prénom du président, l’adresse complète de l’EPCI, le numéro de téléphone, parfois l’email, le site internet, etc. Informations qui peuvent être fastidieuse à collecter une à une. Nous allons donc utiliser ce ficher pour compléter notre futur calque.

Point important, dans le fichier, chaque EPCI est identifié par son N° SIREN. Code qui dans le fichier EPCI précédent correspond à l’attribut Code_EPCI.

Pour compléter la couche vecteur « EPCI », nous allons donc effectuer une jointure entre les données tabulaires de cette couche et celles du fichier Excel « Coordonnées des groupements – Région Centre-Val de Loire » issue du fichier .csv.
L’opération de jointure consiste simplement à « ramener » les champs du fichier Excel dans les données tabulaires de la couche pour chacun des EPCI dont le N° SIREN est égal au Code_EPCI.

Au préalable avant d’effectuer cette opération, j’ai supprimé toutes les lignes du fichier Excel dés lors que le type de l’EPCI était différent de CA (Communauté d’Agglomération), de CC (Communauté de Communes), de CU (Communauté Urbaine) ou de METRO (Métropoles). Seuls ces types d’EPCI sont présents dans le fichier EPCI. Et ce de façon à alléger le fichier à manipuler.
Ensuite j’ai enrichi le fichier, notamment en mettant à jour, la colonne « Site Internet » qui était très faiblement renseignée.
Enfin le fichier est sauvegardé au format csv et il est renommé « coordonnees_epci_24.csv« . 24 étant le code INSEE de la région Centre-Val de Loire.

Pour pouvoir effectuée la jointure nous chargeons le fichier coordonnees_epci_24.csv avec un encodage CP1252 comme une nouvelle couche vecteur. La couche coordonnees_epci_24 est crée.

 

 

Ensuite sur la couche « EPCI » via le click droit, il faut pour accéder au menu « Propriétés – Jointure » et ajouter une jointure (bouton + en bas). La couche à joindre est forcément la couche « coordonnees_epci_24 ».
La jointure doit se faire sur le code « siren_epci » ( table EPCI) et le code « N° SIREN » ( fichier « Coordonnées des groupements – Région Centre-Val de Loire » ).

Nous décochons la case « Mettre la couche jointe en cache dans la mémoire virtuelle ».
Nous choisissons de ne pas mettre de préfixe pour les attributs ramenés par la jointure. Et ce pour éviter d’avoir des noms trop longs. Par contre il faut bien veiller à ce que le nom d’un attribut soit bien unique de part et d’autre.

Je n’ai pris (filtrage) que les attributs suivants :

  • Région siège
  • Département siège
  • Commune siège
  • Date de création
  • Nombre de membres
  • Population
  • Civilité Président
  • Prénom Président
  • Nom Président
  • Adresse du siège_1
  • Code postal du siège
  • Téléphone du siège
  • Courriel du siège
  • Site internet

Une fois la jointure définie, il suffit de l’appliquer puis de quitter le menu Jointure via le bouton « OK »

 

 

Une fois la jointure effectuée, il nous suffit d’ouvrir la table des attributs de la couche « ECPI » pour vérifier que celle-ci c’est bien passée et que les attributs sélectionnés dans la couche coordonnees_epci_24 ont bien été intégrés.

 

 

Ce qui est bien le cas.
On voit aussi que les EPCI hors région Centre-Val de Loire ont des valeurs à NULL puisque la jointure s’appuyer sur le périmètre de la Région Centre-Val de Loire seul.
Nous allons utiliser ce fait pour filtrer les EPCI et ne garder que les EPCI de la région Centre-Val de Loire.

Pour cela nous utilisons le menu « Vue – Sélection – Sélectionner des entité par valeur« . Nous sélectionnons les EPCI de la Région sur la base de l’attribut « Region siège » non égal « à NULL ». On ne garde que les EPCI qui ont fait l’objet d’une jointure avec le fichier « coordonnees_epci_24 ». C’est à dire ceux de la région Centre-Val de Loire.

 

 

Voici les EPCI sélectionnées :

 

 

Ensuite nous sauvegardons la couche vecteur EPCI :

  • au format geojson sous le nom de « epci_24_brut« 
  • avec le SCR (Système de Coordonnées de Référence) « EPSG:4326, WGS 84 »
  • en n’enregistrant que les entités sélectionnées (Case à cocher !)
  • et en filtrant l’attribut ID qui ne nous servira pas.
 

 

La sauvegarde de la couche crée par défaut la couche « epci_24_brut ». Il suffit de désélectionner la couche EPCI pour voir que la couche epci_24_brut a bien été crée:

 


 

Nous avons créé la couche « epci_24_brut »avec le SCR (Système de Coordonnées de Référence) « EPSG:4326, WGS 84 » et non avec le SCR « EPSG:2154,RFG93 / Lambert-93 » de façon à pouvoir intégrér cette couche par la suite dans uMap.
Je l’ai appelé volontairement «  »epci_24_brut » car nous allons maintenant uniformiser l’intitulé des labels de cette nouvelle couche et les ordonner de façon à pouvoir les afficher par la suite sur la carte uMap avec un minimum de paramétrage.
Pour cela nous utilisons le traitement « Refactoriser les champs ». Traitement qu’il convient de rechercher dans la liste des traitements possibles (Utilisez la recherche avec le mot-clé « refact »).

L’outil « Refactoriser les champs » nous permet d’ordonner les champs et si nécessaire de les renommer.
Comme nous travaillons avec un fichier geojson, nous faisons le choix d’avoir des labels explicites. Par exemple « Prénom du Président ». Si l’on travaillait avec un fichier shapefile, le nom de l’attribut ne devrait pas dépasser 10 caractères.

Le champ « CODE_EPCI » est renommé en « Code EPCI », « NOM_EPCI » en « Nom EPCI », « TYPE_EPCI » en « Type EPCI », « Adresse du siège_1 » en « Adresse »
Nous mettons en tête de liste le champ « Nom EPCI » puis le code EPCI, … etc.
L’ordre d’affichage des informations sur la carte uMap reprendra par défaut l’ordre des attributs. Il est donc important de le peaufiner.

Nous veillons à ce que le résultat du traitement soit bien enregistré dans un nouveau fichier de type geojson. Comme c’est le fichier final nous l’appelons « epci_21 » (voir le champ refactorisé) :

 

 

Après exécution du traitement une couche nommée « Refactorisé » est crée. Elle correspond au chargement du fichier « epci_21.geojson » qui a été sauvegardé à l’issue du traitement.

 

 

Voilà nous disposons maintenant de notre fichier geojson des EPCI de la région Centre – Val-de-Loire.

Si maintenant nous voulons un fichier shapefile, il suffit de sauvegarder la couche « Refactorisé » au format shapefile. Seulement avant de faire cela nous allons reprendre les labels car sinon ils seront tronqués lors de la sauvegarde.
Pour faire cela nous utilisons de nouveau le traitement « Refactoriser les champs » en spécifiant la sauvegarde du résultat dans un fichier shapefile « epci_21 ».

 

 

Une nouvelle couche appelée par défaut « Refactoré » est de nouveau crée par défaut. Les attributs correspondent bien aux attributs que nous avons choisi pour respecter la contrainte des 10 caractères pour les noms d’attributs dans les fichiers shapefile.

 

 

 
 Nous disposons donc maintenant dans le répertoire que nous avons sélectionné lors du traitement « Refactor » de notre fichier « epci_24.geojson » et de notre jeu de fichiers shapefile « epci_24 ».

Le fichier geojson fait près de 4 Mo. En partant, dés le début, avec l’objet EPCI_CARTO, qui est construit avec une géométrie généralisée à partir des géométries « moyenne échelle », la taille de fichier final serait moindre.

Nous pouvons maintenant quitter QGIS.

Dans l’étape suivante nous verrons comment intégrer le fichier .geojson dans un carte uMap et comment afficher les informations liées à chaque EPCI.

 

>>> Afficher Les EPCI sur une carte uMap


 

 

En attendant voici les fichiers :

Téléchargement des EPCI de la région Centre – Val-de-Loire

 

 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *